Brian Clough et Peter Taylor, 2 Anglais dans le vent

28 mai 1980. Dans un Santiago Bernabeu en feu, Nottingham Forest surprend encore tout son monde. Les Anglais viennent de terrasser le Hambourg de Maggath en finale de C1 et remportent la compétition pour la deuxième fois consécutive. Un exploit rendu possible par deux anglais à la carrière de joueur modeste, Brian Clough et Peter Taylor. Deux noms, mais une seule et même entité... Ils se côtoient à Middlesbrough où ils se lient d’amitié. Cette rencontre aboutira sur le duo d’entraîneurs le plus complémentaire d’Angleterre, qui soulèvera des montagnes, mais traversera aussi de grosses zones de turbulences.  

« Si Dieu avait voulu qu’on joue dans les nuages, il aurait mis de la pelouse là-haut »

La philosophie de jeu du duo est très simple mais nouvelle pour l’Angleterre de l’époque. Au pays de l’Union Jack on pratique le “kick and rush“, on tacle à la gorge, on arrache des genoux… Le plaisir et le spectacle passent au second plan. Pour Brian et Peter la donne est différente: ils veulent que leur équipe pratique un football propre, basé sur des sorties de balle à ras de terre. Ils n’hésiteront pas à placer, par exemple, un meneur de jeu sur la fin en “libero pour utiliser au maximum sa vision du jeu.

Propre techniquement, mais surtout fair-play. Dans une période où la corruption des arbitres est monnaie courante, le football prôné par les deux hommes est aux antipodes des pratiques de l’époque.

Justicier des terrains, tacticien, gourou… Chacun à son rôle au sein du duo. Clough est le leader charismatique. Doté d’un bagou incroyable, il est là pour motiver les troupes, les pousser à se transcender, comme le fait si bien Zinédine Zidane de nos jours. Taylor est lui plus pragmatique, s’occupant de l’aspect tactique et surtout du “scouting. Il servira aussi d’éponge entre les humeurs parfois dures et violentes de Clough et l’effectif.

image_update_img
Une statue des deux hommes tenant un de leurs nombreux trophées ©ITV.com

Ils n’ont jamais pris en main un club de première division, n’ont même jamais coaché une formation ayant remporté le championnat d’Angleterre. Cependant, ils ont eu des résultats quasiment partout où ils sont passés.

Après avoir fait de Hartlepool, un sérieux prétendant à la montée en D4, ils sont repérés par Derby County. Ils décollent alors pour les Rams qui vivotent en deuxième division. 5 ans après, le club a été promu, a remporté son premier titre de champion et joue une demi-finale de C1 face à la Juventus.

Après une période de trouble dans le duo, rebelote à Nottingham Forest. Le club est bloqué en bas de tableau de D2, comme Derby avant l’arrivée du duo. Le résultat est encore plus spectaculaire que lors de l’épopée précédente de Clough et Taylor. En 5 ans le club est promu, remporte son premier titre de champion et gagne 2 C1.
Leur réussite est totale: des clubs totalement insignifiants avant leur arrivée sont entrés dans l’histoire. Leur aisance est telle qu’on les pense intouchable, mais le duo éclate…

tumblr_lwmtx1KcyG1qbzekho1_1280 (1)
Peut-être trop sûr de lui, Brian Clough crée des tensions avec son binôme de par son comportement. ©Offside.fr

Ensemble durant 20 ans, ils ont écrit les plus belles pages du football anglais. Derrière cette réussite apparente se cachent pourtant de grandes tensions entre les deux hommes, qui les conduisent à se séparer en 1982. Ils ne serreront plus jamais la main. Le caractère de Brian en est la cause principale. L’ambition débordante de Clough a permis au duo de s’envoler dans les plus hautes sphères du football britannique et européen, mais a aussi malmené son ami de toujours. Le “personnage haut en couleurs” a mis en balance son poste à Derby pour faire virer un membre de la direction sans en parler à Peter Taylor. La manœuvre échoue, ils sont donc contraints à démissionner. Dans la foulée, ils accepteront un poste en D3. Cependant, les résultats ne sont pas au rendez vous. Brian Clough ne s’investit que très peu dans le club, et le quitte, laissant Taylor à Brighton pour aller coacher Leeds dès que l’opportunité se présente. 

Cette expérience tournera à la catastrophe, le club refusant totalement la greffe. Clough repart 44 jours après sa prise de fonction, avec un gros chèque, mais une crédibilité au plus bas.
Cet événement mettra un sacré coup de canif dans leur collaboration. Malgré la bulle dorée à Nottingham, le mal est fait. Taylor n’accepte plus le caractère de son partenaire et vit mal le manque de reconnaissance à son égard. En effet, Brian Clough s’accorde tous les lauriers de leurs exploits.

« Je ne dirais pas que j’étais le meilleur entraîneur dans le métier. Mais j’étais dans le Top One »

Après leur séparation, les deux membres du fameux duo d’entraîneurs n’avancent plus. Peter Taylor revient à Derby durant 2 ans mais meurt prématurément en 1990. Brian Clough continue lui avec Forest durant encore une bonne dizaine d’années, mais la période faste est bel et bien finie. Nottingham rentre dans le rang, et son coach emblématique quitte le club à la suite de descente en D2 en 1993. 

S’il est décédé en 2004, Brian Clough est revenu plusieurs fois sur sa relation avec son comparse. Malgré une fin en eau de boudin il reconnait que leur rupture est en grande partie de sa faute.

La plus grande gueule du football anglais laisse quelques statues à son effigie, beaucoup d’anecdotes, une auto biographie, un film retraçant son histoire et une marque dans la tête et le cœur de beaucoup d’Anglais. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *