OGC Nice : une réussite tout sauf surprenante

« Je pense que c’est un beau projet ». Dante, arrivé cet été à l’OGC Nice, se montre pour le moins enthousiaste lorsqu’il évoque sa nouvelle aventure sur la Côte d’Azur, lors d’une interview pour le journal 20 Minutes début avril. La venue de l’ancien du Bayern Munich chez les Aiglons témoigne du changement de dimension que connaît le club niçois depuis plusieurs saisons. Si Nice tutoie cette année le haut du classement de Ligue 1, c’est parce que les dirigeants rouges et noirs s’en sont donné les moyens. Cela est tout sauf une surprise.

De Puel à Favre : la même chose en mieux

Le coach suisse est resté dans la continuité du travail de Claude Puel, tout en obtenant de meilleurs résultats ©Wikimedia.org

A la lutte pour le titre de champion avec le PSG et l’ASM, l’OGCN avait déjà joué les premiers rôles l’an passé. Lors de la saison 2015/2016, l’équipe alors entraînée par Claude Puel avait terminée 4ème, juste derrière Lyon et Monaco, en proposant un football déjà très agréable à regarder. Le coach français s’était distingué en révélant ou relançant certains joueurs, comme Jean-Michaël Séri ou Hatem Ben Arfa.

Si l’ancien entraîneur de l’Olympique Lyonnais est parti cet été pour Southampton, le projet niçois n’est pas tombé à l’eau pour autant. “Lucien Favre n’est pas une grosse pointure”, déclare Frank Lebœuf sur le plateau de Téléfoot, lorsqu’il évoque la rumeur envoyant l’entraîneur suisse à Lyon le 20 décembre 2015. Malgré l’avis du champion du monde 98 à son égard, le technicien passé par le Borussia Monchengladbach a continué le travail de son prédécesseur dans le sud de l’Hexagone, en faisant même mieux. Paul Baysse et ses hommes proposent un des plus beaux jeux de France, et trustent la 1ère place du championnat de France cette année. Aujourd’hui, ils sont toujours à trois points du leader monégasque à 6 journées de la fin de l’exercice 2016/2017. Le Suisse a joué un grand rôle dans ce succès, ce qui n’a pas laissé de marbre ses supérieurs. “Favre sera là la saison prochaine. C’est un super coach avec lequel on a beaucoup de plaisir de travailler”, affirme Jean-Pierre Rivère, président de l’OGC Nice, dans les colonnes de Nice-Matin dimanche 16 avril. Si le “patron” du club niçois accorde toute sa confiance à son nouvel entraîneur, il peut également avoir toute la reconnaissance possible pour sa cellule de recrutement.

Nice roi du scouting

La venue de “Super Mario” sur la Côte d’Azur est un pari réussi pour la direction de l’OGC Nice ©Wikimedia.org

Jérémy Pied, Nampalys Mendy ou Hatem Ben Arfa… L’équipe qui avait fini la saison 2015/2016 au pied du podium s’est vue pillée de beaucoup de ses éléments clés. Ajoutez à cela le retour de prêt à Monaco de Valère Germain et le départ de Niklas Hult et vous retrouverez un Nice totalement décimé, à reconstruire. Et cela a été fait de bien belle manière par les “scouts” niçois. Récupérer Mario Balotelli et Younès Belhanda pour les relancer façon HBA, ou encore recruter l’international brésilien Dante… La reconstruction est menée d’une main de maître, concernant le dernier mercato d’été, mais aussi sur le long terme. En effet, l’effectif est construit dans un parfait équilibre entre joueurs expérimentés, paris et jeunes pousses. Si les trois joueurs précédemment cités sont connus de tous, il ne faut pas oublier le travail colossal de scouting fait par les recruteurs niçois. Dalbert, Ricardo Pereira et Séri ont tous les trois été repérés en Liga NOS. Plus facile pour Nice de réaliser d’énormes “steals“, dans un championnat portugais peu suivi par les grosses puissances financières (coucou la Premier League). Il en est de même pour la Ligue 2 où l’OGCN aime bien faire ses emplettes. Souquet, Cyprien, Walter, Le Bihan, Lusamba… la liste des coups de fusil niçois à l’échelon inférieur est longue comme le bras.

3ème place… pour le 3ème effectif de L1

Avec tous ces recrutements réussis, Nice s’est construit un effectif pas forcément ronflant au niveau des noms, mais qui est qualitativement l’un des meilleurs du championnat. Un groupe inférieur à celui des deux favoris, peu de profondeur de banc… mais un XI type qui reste meilleur que celui des 17 autres équipes qui composent la L1. Et pour preuve, les Niçois ont presque 20 points d’avance en cette fin de saison sur ses trois poursuivants, à savoir l’OM, l’OL et Bordeaux.

Les hommes de Lucien Favre sont d’ores et déjà assurés de disputer la prochaine Ligue des Champions, ou du moins les tours préliminaires. Cette place sur le podium n’est cependant pas du tout une finalité pour les Azuréens, qui vont surement rééditer une telle performance, avec cette fois-ci la concurrence d’un OM qui sera a priori compétitif. Racheté cet été par un groupe d’investisseurs sino-américain l’été dernier, l’OGCN devrait désormais participer à la course à la LDC tous les ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *