Pourquoi Cleveland ne pouvait rien faire contre les Warriors

Difficile de mieux faire avec cette équipe. Les Cleveland Cavaliers ont pourtant bousculé les Warriors sur les cinq matchs de ces NBA Finals 2017, mais ils vont devoir passer un nouveau cap pour ramener un autre titre à leurs fans. Pour ce faire, la franchise de l’Ohio va devoir résoudre bien des problèmes.

Une défense poreuse

“L’attaque fait lever les foules, mais la défense fait gagner des titres”. Ce dicton de Sa Majesté Michael Jordan s’applique encore aujourd’hui. Sans véritable rideau défensif, Cleveland est toujours contraint à l’exploit offensif pour dominer ses adversaires. Le match 4 des finales en est l’exemple le plus parfait. Les Cavaliers ont dû faire tomber pas moins de trois records NBA afin de renverser pour la première fois des playoffs la bande à Stephen Curry.

Manque de communication en défense, trop de joueurs à vocation offensive dans l’effectif… Les Cavs ne sont pas en capacité d’enchainer les stops défensifs, ils ne sont qu’une copie améliorée des Houston Rockets. Avec 121,1 points encaissés en moyenne, les hommes de Tyronn Lue ont croulé sous les assauts répétés de Golden State. La conquête d’une nouvelle bague passe forcément par une nette amélioration de la défense.

La faillite du banc

La second unit est l’autre élément responsable de l’échec des Cavaliers. Elle n’est pas assez complémentaire du cinq majeur, seul Iman Shumpert est apte à défendre correctement dans ce cinq mineur également composé de Deron Williams, Channing Frye, Richard Jefferson et Kyle Korver, qui eux sont tous des joueurs au profil offensif. Ils n’ont jamais su comment arrêter leurs adversaires directs pendant les rencontres.

Autre problème dans cette rotation: elle manque cruellement d’un intérieur à la fois défenseur et rebondeur. La bande à LeBron ne possède aucun joueur de cet acabit, capable de suppléer efficacement Tristan Thompson lorsqu’il n’est plus sur le parquet.

LeBron James doit-il se remettre en question ?

À trop vouloir prendre la double casquette de General Manager et de joueur, King James s’est pris un sévère retour de flammes contre les Warriors © La Sueur

“J’ai fait tout ce que j’ai pu pour faire gagner cette équipe”, soutient LeBron James, en conférence de presse, juste après le fin du match cinq. L’ailier des Cavaliers a certes fait tout ce qui était en son pouvoir pendant ces finales, comme en témoigne son triple-double de moyenne sur les cinq matchs (33,6 pts à 56% au tir, 12 rebonds et 10 passes décisives par match). Mais le “King” n’est pas exempt de tous reproches.

Le quadruple MVP a toujours voulu mettre la pression sur ses dirigeants, par des sorties médiatiques, pour mener la franchise dans la direction qu’il souhaitait, tout au long de ses deux dernières saisons. LeBron paye, logiquement par une défaite, son comportement impulsif. La perte de Matthew Dellavedova a largement contribué à la baisse de régime en défense et les re-signatures à prix d’or de J.R Smith (12,8 M$/an) ainsi que de Tristan Thompson (15,3 M$/an) ont plombé des finances déjà dans le rouge.

Les Cavaliers ont toujours les capacités pour largement dominer la conférence Est mais ce n’est pas suffisant pour venir à bout des hommes de la baie d’Oakland. Des noms comme Darren Collison, Terrence Jones ou encore Thomas Robinson circulent pour combler les déficit de Cleveland. Un chantier attend donc David Griffin et son front office pour que Cleveland surmonte l’armada de Golden State.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *