Pourquoi le duo Chris Paul – James Harden va fonctionner

Chris Paul est désormais un membre des Rockets. Après avoir annoncé au front office des Los Angeles Clippers qu’il souhaitait rejoindre Houston lors de cette free agency, les Californiens se sont activés pour lui trouver sa tant désirée porte de sortie. Encore sous contrat avec LA jusqu’au 1er juillet, date de l’ouverture du marché des agents libres, Paul a alors fait l’objet d’un transfert dans le Texas. Avec son énorme salaire, la contre-partie comporte sept joueurs: Patrick Beverley, Lou Williams, Sam Dekker, DeAndre Liggins, Montrezl Harrell, Kyle Wiltjer, Darrun Hilliard et un choix de Draft 2018. Le question que tout le monde se pose maintenant est de savoir comment Paul et Harden vont cohabiter ?

Un gain en efficacité

L’addition de Chris Paul permet à l’attaque des Rockets de gagner en rigueur et en efficacité © AP Mark J. Terrill

Ce sont ces premiers chiffres qui font peur aux fans des Rockets. Chris Paul et James Harden sont tous deux dans le top 10 de la NBA en terme de ballons touchés et de temps de possession de la balle par match cette saison. Le partage du ballon semble être le principal problème en vue de l’association entre Harden et Paul.

Les deux superstars sont des manieurs de ballons hors-pairs et de formidables créateurs. Mais il ne faut pas oublier que The Beard est avant tout un arrière shooteur. Sa moyenne de passes décisives a certes explosé cette saison mais, sont nombre de pertes balles aussi.

L’arrivée de Paul dans le Texas va justement permettre à James Harden de se focaliser beaucoup plus fréquemment sur le scoring, pour limiter certaines errances qui ont coûté cher à Houston par le passé. CP3 étant un meneur de jeu de formation va apporter de la rigueur et de l’efficacité dans le dispositif offensif de Mike D’Antoni, qui se focalise sur la quantité au détriment de la qualité.

Avec un ratio passes décisives/turnovers de 3,83 pour l’ancien meneur des Clippers contre seulement 1,95 pour son nouveau coéquipier, Chris Paul représente un net gain en terme d’efficacité.

Un James Harden plus scoreur à l’avenir

James Harden privilégiera le tir, son domaine de prédilection avec l’arrivée de Chris Paul.

Dorénavant épaulé dans son rôle de créateur, James Harden peut se reconvertir dans son poste naturel de poste 2 scoreur. Il va se re-concentrer sur des facettes de son jeu d’arrière qu’il délaissait, l’an passé, au profit du playmaking. Un profil de shooter dans lequel Harden se trouve être extraordinairement efficace.

Premier exemple avec le tir à mi-distance, très peu utilisé dans la philosophie Mike D’Antoni, mais un aspect du jeu où “the Beard” est très l’aise. Utilisés à peine 5% du temps sur l’exercice 2016/2017, ces tirs de champs rapporte 1,20 point par possession à James Harden alors que seulement 10% des joueurs de la ligue font mieux que lui dans ce domaine.

Plus de catch and shoot aussi. Avec 58,4% aux tirs réels, James Harden se révèle également être déterminant dans ces phases de jeu sur-utilisées dans les systèmes de coach d’Antoni.

Un autre chiffre qui prouve qu’Harden est tout autant redoutable en tant que scoreur pur et qu’il ne perdra pas pour autant en efficacité: moins le dossard 13 dribble avant un tir et plus son pourcentage au tirs réels augmente pour aller tutoyer les 60%.

L’apport de Chris Paul va permettre la répétition de ces actions dans lesquelles l’ancien joueur du Thunder est ultra-décisif. Efficacité, efficacité et encore efficacité, l’artillerie texane ne se contente plus du nombre et s’oriente maintenant vers la qualité.

Avec toute cette panoplie qui s’offre aux Rockets, les défenses adverses vont devoir faire preuve de beaucoup d’imagination pour museler cette locomotive d’attaque déjà difficilement domptable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *