#ZoomSur : Indra Sjafri, le gourou indonésien

« Le meilleur coach », « un génie » ou encore « le Special One indonésien »… Voici quelques uns des éloges dressés sur les réseaux sociaux par les Indonésiens concernant Indra Sjafri. L’actuel coach de la sélection U19 est adulé par ses quelques 157.000 followers sur Twitter, notamment parce qu’il a permis à l’Indonésie d’inscrire une première ligne à son palmarès international en 2013, en remportant la coupe d’Asie U19. Si son équipe a connu une déroute sur le plan comptable lors du dernier Tournoi Maurice Revello, avec 0 point pris en 3 matchs, les Asiatiques n’ont pas été ridicules, loin de là. Et ce grâce à un sacré gourou…

Un maître tacticien

Egy Vikri Maulana, numéro 10 et révélation du Tournoi Maurice Revello, est le symbole du jeu chatoyant de l’Indonésie. Photo ©bolaindo.com

Si les Indonésiens ont montré un football chatoyant, c’est avant tout grâce au schéma tactique, pour le moins ambitieux, mis en place par Indra Sjafri. Ses poulains jouent en effet un football particulièrement collectif. “Jouer court est une notion tactique que les joueurs doivent mettre en place”, précise le mentor de la sélection indonésienne. “Cela fait déjà quatre ans que je mets ça en place avec mes équipes”.
Si les jeunes asiatiques n’ont pas le talent nécessaire pour pratiquer le tiki-taka emblématique du F.C. Barcelone, ils ont réussi à réaliser de belles séquences de passes courtes. Ce plan de jeu avait d’ailleurs surement l’ambition de couvrir le manque de talent de l’Indonésie, qui avait assurément, avec le Bahreïn, le groupe le plus faible qualitativement de la compétition. Hormis Egy Vikri Maulana, milieu de terrain, et Haji Haris Nurhidayat, défenseur central, aucun joueur n’a montré montré quoi que ce soit d’intéressant.

L’ambition du coach indonésien est donc particulièrement remarquable, surtout pour une sélection de jeunes car les joueurs ne se côtoient pas toute l’année. Difficile donc pour eux de créer des automatismes… et pourtant les rouges se trouvaient quasiment les yeux fermés sur la pelouse.

Sjafri, chef de la brigade indonésienne

Connaissant le contexte atypique d’une compétition estivale internationale, Indra Sjafri a mis les moyens, en amont, pour que son équipe ait les moyens de ses ambitions. L’ancien milieu de terrain du PSP Padang a convoqué ses joueurs pour préparer le Festival International Espoirs… 1 mois avant qu’il ne débute ! Une préparation à l’allure de stage “commando” pour le moins notable quand on sait que les sélections de jeunes ne se réunissent qu’une à deux semaines avant le début des tournois internationaux.

En plus d’un bagage tactique très solide, Indra Sjafri a donc également l’étoffe d’un très bon préparateur mental. Un profil à la Bielsa qui convient parfaitement à son rôle de formateur. Un “Mister” qui ne s’est pourtant jamais exporté à l’étranger. S’il ne parle pour l’instant que l’indonésien, il dispose de qualités qui pourraient l’amener à connaître un certain succès sur le Vieux Continent.


C’était le cinquième volet de notre dossier consacré au 45ème Tournoi Maurice Revello, que l’équipe de Sport Focus a eu la chance de couvrir en intégralité. Retrouvez les autres articles consacrés à cette compétition en cliquant juste ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *