Un réel projet champion pour l’OM ?

« Vous auriez préféré que l’on appelle ça le Challengers Project ? ». Et bien pourquoi pas… La communication de Jacques-Henri Eyraud est beaucoup critiquée, mais lui préfère ironiser pendant une interview accordée début juillet au magazine France Football. Avec l’annonce du fameux « projet OM champion » dès leur arrivée à Marseille, Frank McCourt et « JHE » ont voulu rapidement planter le décor. Les objectifs ? “Terminer tous les ans sur le podium, gagner le championnat plus souvent qu’on ne le perd, puis gagner la Ligue des Champions“. C’est l’actionnaire majoritaire lui même qui le dit, dans une interview parue dans le journal L’Equipe. Cependant une question se pose : pourquoi affichée une telle ambition (démesurée) si des moyens adéquats ne sont pas engagés ?

On rétropédale sur la Canebière

Les supporters de l'OM espéraient signer Diego Costa, mais ils ont eu Konstantinos Mitroglou du Benfica
Les Marseillais priaient pour un “Grand attaquant”, ils ont eu… Mitroglou. Photo ©AFP

Comme chaque année, le marché des transferts a déchaîné les passions du côté de la Canebière. Conclu dans les dernières minutes par l’arrivée de Konstantinos Mitroglou, le mercato olympien a finalement permis de globalement bien renforcer l’équipe, du moins sur le papier. Si certains spots sont encore dégarnis, notamment au milieu et au poste de latéral droit, le board marseillais a construit un groupe capable de disputer le podium de Ligue 1… mais certainement pas plus. L’Olympique de Marseille n’est pas favori à la 3ème place du championnat. La lutte sera âpre avec ses nombreux concurrents pour accéder au tour préliminaire de LDC 2018/2019.
Voilà où Marseille se situe après le vrai premier mercato du projet OM champion. Si l’équipe est bien meilleure sur le papier qu’en mai dernier, on ne peut pas dire qu’elle puisse viser plus haut qu’avant. La nouvelle ambition de l’OM communiquée récemment par son président, à savoir « faire mieux que l’année dernière », n’est pas ridicule. Cependant, cette déclaration marque une fracture, ou un retour à la réalité des Marseillais, par rapport au début de leur « rêve américain ».

« La grinta de Diego Costa se marierait bien avec l’OM », explique Jacques-Henri Eyraud, invité le 21 août dans l’émission Breaking Foot, diffusée sur SFR Sport. Questionné sur la rumeur insistante qui évoque des contacts entre le buteur espagnol et le club marseillais, le diplômé de Harvard ne ferme pas la porte. Et pourtant le dirigeant olympien aurait surement mieux fait de jouer la carte de la prudence. A laisser entendre qu’une grosse pointure pourrait arriver dans la cité phocéenne, l’homme d’affaires français laisse la place à un retour de bâton si tel n’est pas le cas. Si l’arrivée de Mitroglou a calmé les supporters de l’OM, jusqu’alors très virulents sur les réseaux sociaux, ceux-ci attendent désormais leur président au tournant. En effet, la signature de l’attaquant grec est perçue comme un « moindre mal » par les observateurs du club marseillais. Pourtant, en dépit de la communication de l’enseignant de Sciences Po Paris, ils ne pouvaient pas s’attendre à un meilleur recrutement, faute de moyens financiers.

Un projet champion de l’an 2000

A leur arrivée au club, les nouveaux patrons ont longuement insisté sur un chiffre : un investissement de 200M€ sur les quatre prochaines saisons concernant les transferts. Si ce montant est bien supérieur à ce que l’OM avait l’habitude de dépenser ces dernières années, il faut le remettre en perspective avec l’état du marché actuel. 200M€ représentait une somme colossale il y a quelques années ce n’est plus le cas aujourd’hui. En attestent les transferts pharamineux de Neymar, Mbappé et Dembélé, qui sont les plus gros deals de l’histoire, tous trois réalisés cet été. Le club olympien ne boxe bien évidemment pas dans la même catégorie. Le propriétaire américain peut “sortir le carnet de chèques”, les “moves” réalisés le prouvent. Cependant, les Phocéens ont déjà dépensé presque la moitié des fameux 200M€ et leur effectif est encore très loin de rivaliser avec les deux têtes d’affiche du championnat, le Paris Saint-Germain et l’AS Monaco.

Au final, difficile de savoir si les dirigeants de l’OM se sont heurté à un monde du football qu’ils avaient mal appréhendé, ou s’ils ont volontairement affiché une ambition qu’ils savaient irréaliste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *