OM et AEK Athènes: une amitié “ultra” originale

Le Commando Ultra marseillais et l’Original 21 de l’AEK Athènes sont deux groupes très proches. Football et ferveur réunissent aujourd’hui Marseillais et Athéniens, par delà l’histoire commune qui réunit la Grèce et la cité phocéenne.

« 14 février, le jour de l’amour… Paris, ce soir, on t’encule ». Non, ce n’est pas à l’Orange Vélodrome que l’on a pu voir cette banderole, mais bien à l’OAKA Stadium d’Athènes. C’est à l’occasion d’un AEK Athènes – PSG que le groupe ultra Original 21 déploie cette banderole le 14 février 2007. En français dans le texte, avec le romantisme que l’on envie tant au pays des Lumières. Un hommage à leurs « frères » marseillais du Commando Ultra 84, qui font résonner l’écho de l’influence de la nation de Socrate, Thémistocle ou Philippidès dans tout Marseille, où la culture hellénique reste omniprésente.

« Marseille et la Grèce sont indissociables »

« Une amitié originale, une histoire qui continue… ». Cette banderole, aux couleurs de l’OM, exhibée lors du match AEK-ASSE est un autre exemple de l’amitié qui existe entre l’AEK et l’OM. Une illustration de la haine d’un ennemi commun que partagent Athéniens et Marseillais.

« Marseille et la Grèce sont indissociables », explique Ugo un membre actif du CU84 de 22 ans, abonné depuis l’enfance. « En plus de l’histoire qui nous réunit, les Ultras partagent beaucoup de choses. Une culture du supportérisme, une forme de fanatisme. On a un tempérament assez similaire, ce fameux tempérament méditerranéen, et ce dégoût de l’adversaire ». Un antagonisme que l’OM affiche en marge d’un match de Ligue des Champions face à l’Olympiakos en 2011. A cette occasion les Ultras avaient déployé un immense tifo frappé des initiales de l’Athlitikí Énosis Konstantinoupóleos, autrement dit l’AEK.

CU84, Original 21… même combat

Les supporters grecs ont emprunté la langue française à leurs amis marseillais pour le match face au Paris Saint-Germain en coupe d'Europe
Les supporters de l’AEK Athènes, menés par l’Original 21, ont rendu hommage à l’OM face au PSG en 2007. ©Wikimedia Commons

Une amitié atypique qui date de la création du Commando Ultra en 1984. Comme un symbole, un clin d’oeil à l’histoire, Marseillais et Grecs tissent rapidement des liens, enveniment une passion réciproque et partagent l’animosité qu’ils portent à leurs rivaux historiques. Une affection mutuelle qui ne s’explique pas, dont personne hormis les hommes à la base de cette union ne connaît réellement la genèse. Si le groupe populaire du Virage Sud entretient des liens avec d’autres cercles de supporters ultras en Europe, l’amitié qui existe avec l’Original 21 est plus ancrée et significative. Un mariage fondateur, construit autour d’une passion commune. Un acte fondateur qui ferait songer aux férus d’histoire à celui de Gyptis et Protis, à l’origine de la création de Marseille.

Au delà de l’histoire, c’est aussi le « sang chaud », l’amour de son club, de sa ville et la haine de l’adversaire que partagent Grecs et Marseillais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *