Memphis Grizzlies : Marc Gasol a-t-il encore l’âme d’un leader ?

Les Grizzlies sont au fond du trou cette saison. Ils sont certes privés de Mike Conley mais comptent toujours dans leurs rangs un certain Marc Gasol qui, depuis la blessure de son coéquipier, se devait de maintenir l’équipe à flot. Pourtant il n’en est rien.

«  Je n’ai pas de saison à balancer, je n’ai pas ce luxe  ». Marc Gasol, le pivot des Grizzlies de Memphis, donnait le ton en décembre dernier. Pourtant quelques mois plus tard, la franchise du Tennessee est en plein tanking. Marc Gasol est frustré. Marc Gasol veut gagner. Mais l’Espagnol met-il réellement toutes les chances de son côté  ? Une question qui se pose surtout au vu de ses performances en berne.

17.7 points, 8.5 rebonds, 4.1 passes décisives et 1.5 contre de moyenne par match. Ce sont les chiffres du pivot de Memphis lors de cet exercice 2017/2018. Mais on est en droit d’en attendre bien plus de la part de l’intérieur triple All-Star. Par rapport à la saison passée, Marc Gasol est beaucoup moins impactant.

Le Player Efficiency Rating (PER) du frère de Pau a chuté d’une note de 20.3 à 17.2 faisant passer le Catalan du statut de All-Star confirmé à titulaire solide. Le natif de Barcelone possède également un offensive rating de 103, son pire rendement en attaque en carrière, lui qui affichait une note 111 l’an dernier.

Autre donnée criante  : lorsque l’année dernière les Grizzlies accomplissaient un exercice 2016/2017 globalement réussi avec comme récompense une qualification en playoffs, Gasol apportait énormément à son équipe dès qu’il entrait sur le terrain. Memphis présentait en moyenne 4.2 points d’avance sur son adversaire contre seulement 1.3 points cette saison.

L’absence de Mike Conley comme excuse  ?

Bien entendu, l’absence longue durée de Mike Conley nuit à cette équipe des Grizzlies. Mais Marc Gasol n’est pas seul cette année. Bien au contraire puisque Tyreke Evans réalise sa meilleure saison en carrière avec des moyenne de 19.1 points, 5.1 passes décisives et 5.1 rebonds par rencontre.

Tyreke Evans apparaît comme la seule source de satisfaction dans le marasme des Grizzlies © USA Today Sports

L’ancien ailier des Kings affiche un PER de 21.2, son meilleur niveau d’efficacité en carrière et renaît littéralement de ses cendres. Il ne fait pas oublier le meneur de jeu mais s’impose comme la deuxième, voire la première arme de Memphis devant Gasol, au vu de ses prestations de meilleure qualité.

Et même épaulé par le rookie de l’année 2010, l’espagnol n’arrive pas à faire aussi bien qu’Anthony Davis. Depuis la blessure au tendon d’Achille de DeMarcus Cousins, «  The Brow  » a haussé monstrueusement son niveau de jeu, avec des performances titanesques, à tel point que les Pelicans bataillent férocement, à l’heure où sont écrites ses lignes, pour la 5e place d’une conférence Ouest toujours aussi compétitive.

Les Grizzlies affichent un bilan de 19 victoires pour 50 défaites, soit le pire de la ligue. Une réalité qui paressait totalement saugrenue au lancement des hostilités en octobre dernier.

Mais au vu du contexte actuel et de la fin de saison, inutile de tirer sur l’ambulance. Memphis a enchaîné 19 revers consécutifs et se tourne maintenant vers la Draft pour tenter de se rebâtir un avenir.


Cet article vous a plu? Allez lire un autre papier NBA juste ici ⬇⬇⬇

Luke Walton, “l’apprenti” coach des Lakers pas encore passé maître

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *