Detroit Pistons: pas de playoffs NBA et alors ?

L’effectif des Detroit Pistons a été grandement chamboulé cette saison avec l’arrivée de Blake Griffin en provenance des Clippers. Si les résultats ne sont pas au rendez-vous les fans et les observateurs gardent foi en le projet et restent tournés vers l’avenir.

Tout avait bien pourtant bien commencé. Dès le début de la saison NBA, les Detroit Pistons surprennent tout le monde en se classant deuxièmes de la Conférence Est, derrière les Boston Celtics. Les coéquipiers d’Andre Drummond se permettent même de battre la franchise du Massachusetts sur son parquet fin novembre. S’ils se mettent à rêver de grandeur, les hommes de Stan Van Gundy vont petit à petit s’écrouler au classement, jusqu’à sortir du top 8, synonyme d’accession aux playoffs.

Pourtant, voyant l’équipe décliner, le board de Detroit décide de bouleverser l’effectif avant la trade-deadline. Une “Woj-bomb” tombe, la sentence est irrévocable: Blake Griffin débarque dans le Michigan, accompagné de Willie Reed et Brice Johnson, en échange d’Avery Bradley, Tobias Harris et Boban Marjanovic. Si l’objectif de redresser la barre en cours de saison est maintenant officiellement un échec – Detroit est largement distancé par le Miami Heat dans la course à la postseason – ce n’est pas un souci pour les dirigeants et les supporters, qui regardent vers l’avenir et ce depuis l’arrivée de l’ex-joueur des Los Angeles Clippers.

Blake Griffin, un leader offensif

Les Pistons étaient obligés de faire ce trade“. C’est du moins ce qu’affirme Valentin Feuillette, qui tient le compte Twitter @DetPistonsFR. Le fan de Detroit l’assure, il était temps de passer à autre chose. “Cela fait plus de dix ans que l’on recherche un leader offensif, une star“, explique-t-il.

“Dédé” Drummond relève enfin la tête cette saison, après un exercice 2016-2017 très en deçà de ce qu’on attendait de lui. En effet, le pivot drafté en 2012 aligne 15 points et près de 16 rebonds par match – il affiche également un net progrès aux lancers francs avec 61% de réussite contre 38% la saison passée – ce qui lui fait réintégrer le gratin de la ligue nord-américaine à son poste.

Cependant, aussi bon et utile soit-il sur le parquet de la Little Caesars Arena, il ne peut pas y assurer un rôle de leader offensif. Une mission que peut par contre remplir Griffin, un joueur qui dépasse aisément la vingtaine d’unités inscrites par rencontre.

Le meneur de jeu de Detroit Reggie Jackson est blessé depuis plusieurs mois
Blessé la majeure partie de la saison, Reggie Jackson manque à la mène du côté des Pistons.

S’il reste performant dans ce domaine, l’ex-star de L.A. ne permet pas, pour l’instant, aux Pistons d’être playoffables cette année, mais “il ne faut pas s’en inquiéter” selon Valentin Feuillette. “Certes le bilan de l’équipe est négatif et le jeu produit alarmant, mais il est trop tôt pour tirer un bilan de ce trade sur le long terme“, indique celui qui est aussi présent sur le site Micro Timeout. “On a joué une grande partie de la saison sans Reggie Jackson, notre banc est faible… Il faut attendre de voir l’équipe après le recrutement et le training camp pour voir ce que cela peut donner“.

Si l’incertitude plane donc toujours autour du projet de Detroit, il ne faut donc pas spécialement s’alarmer. “D’autant plus que Drummond et Griffin s’entendent bien en dehors des parquets et semblent motivés à l’idée de jouer ensemble“, signale toujours Valentin Feuillette. Et puis si cela ne marche toujours pas, il faudra, encore une fois, repasser par la case reconstruction pour une franchise qui se cherche depuis la fin de l’époque de Ben et Rasheed Wallace.


Cet article vous a plu? Allez lire un autre papier NBA juste ici ⬇⬇⬇

Memphis Grizzlies : Marc Gasol a-t-il encore l’âme d’un leader ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *