NBA 2K League: quand le basketball veut conquérir l’eSport

La NBA a créé, en collaboration avec 2K sports, la NBA 2K League, la nouvelle compétition majeure sur le jeu de basketball NBA 2K18. Avec cela, la ligue nord-américaine espère s’imposer sur la scène de l’eSport et ainsi attaquer un nouveau marché très prometteur.

La National Business Association. Voici comment nous surnommions la NBA l’année dernière dans le titre d’un de nos articles. Aujourd’hui arrive la NBA 2K League, une compétition sur le jeu vidéo NBA 2K18, dans laquelle les franchises s’affronteront dans des 5 vs 5 dans le mode Pro AM, chacun de leur représentant contrôlant un avatar.

Nous avons la NBA, la WNBA, la G-League et désormais une véritable quatrième ligue dans notre famille. C’est comme cela que nous allons la traiter“, assure à ce sujet Adam Silver, le commissionnaire général de la NBA. La preuve, la ligue a organisé une Draft de joueurs eSport le mercredi 4 avril dernier. Au coeur de cet événement inédit: la possibilité, pour 17 des 30 franchises NBA de sélectionner les eSportifs qui représenteront leurs couleurs dans la future NBA 2K League.

Si l’institution nord-américaine met les petits plats dans les grands, c’est parce que le jeu en vaut bien évidemment la chandelle, financièrement parlant. Notre comparaison passée n’a donc jamais été aussi vraie.

L’eSport, un nouveau marché pour la NBA

1 million de dollars à se partager à la fin de la compétition, des salaires entre 32 000 et 35 000 dollars pour six mois de contrat, une vie “tous frais payés” par leur équipe… Tous ces avantages font jaser outre-Atlantique. Les salaires sont, par exemple, plus élevés que ceux de certains joueurs de G-League ou de WNBA. Cependant, si la NBA leur octroie tout cela, c’est parce qu’elle y trouve forcément son compte.

C’est lors d’un tournoi sur le jeu League of Legends organisé au Madison Square Garden qu’Adam Silver a pris conscience de l’ampleur du phénomène eSport

Et pour cause, l’eSport est une sacrée opportunité par la ligue autrefois menée par David Stern. “Si vous voyez un tel marché de plus de 200 millions de spectateurs potentiels et qu’il n’attire pas votre attention, vous devriez faire autre chose que du business“, ironise  Peter Guber, co-propriétaire des Golden State Warriors, dans des propos relayés par ESPN. La franchise californienne a d’ailleurs déjà lancé une équipe sur le jeu vidéo League of Legends en octobre 2017. Une preuve que tout le basketball américain sent le bon filon.

J’ai été très impressionné par la passion des fans d’eSport. Ce sont des vrais supporters“, témoigne quant à lui Adam Silver, au souvenir d’une compétition de “LoL” à laquelle il avait assisté en août 2015 dans un Madison Square Garden à guichets fermés. Un engouement dont il a définitivement pris la mesure, et qu’il compare désormais à celui suscité par le sport universitaire, particulièrement apprécié dans le pays de l’oncle Sam.

Tâter la balle orange sur les parquets virtuels…

Autour de l’eSport, l’enthousiaste est donc certain. Il le devient petit à petit autour de NBA 2K18. Si la scène du sport électronique ne s’est pas encore emparée du jeu de 2K sports – enfin du moins pas autant que FIFA 18 pour rester dans les jeux vidéo de sport – elle est en train de se développer à une vitesse exponentielle. L’AS Monaco vient d’ailleurs de recruter son premier joueur d’eBasketball. Cependant, c’est bien évidemment aux Etats-Unis que tout se passe.

Déjà, la NBA 2K League n’est que très peu ouverte aux non-américains pour le moment, et totalement fermée aux femmes, qui sont absentes du tournoi – Adam Silver a toutefois déjà affiché la volonté de réunir des joueurs des deux sexes venant du monde entier. De plus, d’autres grandes compétitions ont déjà eu lieu sur les parquets virtuels du jeu de basket numéro 1, même si très peu de Français en ont eu vent. En effet, Artreyo “Dimez” Boyd, le joueur sélectionné par les Mavericks de Dallas en première position de la NBA 2K League Draft a remporté un tournoi à 250 000 dollars en 2017.

Et cela a donné des idées à un nombre incroyable de joueurs, voulant tous rafler un tel pactole. Si la ligue tablait sur 10 000 candidatures concernant sa nouvelle draft, elle en reçu… 72 000! Une ruée vers l’or digital? En quelques sortes. Comme à l’époque des mines d’or et de la conquête de l’Ouest, beaucoup tentent leur chance, mais peu décrocheront le graal. Si l’eSport est un milieu désormais très convoité, il devient de plus en plus concurrentiel se rapprochant en ce sens du sport traditionnel. Voilà de quoi justifier – encore un peu plus – la prise de position de la NBA.


Cet article vous a plu? Allez étancher votre soif de Sportologie avec un autre papier sur NBA 2K18 juste ici ⬇⬇⬇

NBA 2K18 ou comment être numéro 1 sans proposer de contenu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *