#ZoomSur: Leon Bailey, un parcours mouvementé de Kingston à Leverkusen

Leon Bailey est la sensation de la saison en Bundesliga. Cependant, l’ailier jamaïcain a du traverser bien des épreuves pour en arriver là…

Au milieu des jeunes internationaux allemands Julian Brandt et Jonathan Tah éclot un nouveau petit poussin, Leon Bailey. Au sein de la Bundesliga, l’ailier de 20 ans a fait son nid, réalisant même une saison plus que surprenante et attire déjà la convoitise des grands clubs européens… mais aussi de la sélection anglaise. Et pourtant le chemin qui l’a mené vers l’élite était semé d’embûches…

Arrivé en Europe avec… un petit sac à dos

Leon Bailey s’est révélé cette saison au Bayer Leverkusen, après un parcours européen mouvementé ©Matthias Hangst

Avant d’intégrer le monde professionnel, Leon Bailey a connu plusieurs années difficiles. Le jeune jamaïcain rejoint d’abord la Phoenix All-Star Academy de son père adoptif, Craig Butler. C’est 8 huit années plus tard que l’originaire de Kingston quitte la Jamaïque, alors accompagné de son père et actuel agent, mais également de son frère Kyle pour découvrir le froid autrichien en intégrant l’USK Anif – désormais FC Liefering, filiale du groupe Red Bull. S’il est arrivé en Europe uniquement avec un visa touristique, le club s’est assuré que Bailey était admissible à rester. Une vraie bonne pioche, étant donné que, selon des rapports dont l’authenticité est certes douteuse, Bailey aurait marqué 75 buts en seulement 16 sorties !

Malgré ce succès, le crack se décide à bouger. Un passage en Slovaquie, à Trencin, puis direction la Belgique, où le jeune Leon se retrouve malheureusement bloqué par l’interdiction décrétée par la FIFA concernant le transfert de mineurs. Si d’autres clubs le visent, son avenir reste dans le flou. “J’ai l’impression qu’on a balloté Bailey partout en Europe. Son parcours en dit long sur les circonstances dans lesquelles il a grandi“, exprimait Jean Kinderman, responsable du centre de formation d’Anderlecht, au média belge Le Vif en 2015.

Genk à la rescousse

Jouer en Autriche ne lui suffisait pas. Le but de Bailey était, dès le début, de devenir rapidement footballeur professionnel. Cependant, son destin a failli l’en empêcher. Après des essais à l’Ajax Amsterdam et à Genk, son père l’abandonne lui ainsi que son frère. C’est là que le KRC Genk est intervenu en accueillant alors les deux frères. Le paternel reviendra par la suite, prétendant avoir été kidnappé puis emmené au Mexique…

Leon Bailey fait alors ses débuts en championnat le 21 Août 2015, à tout juste 18 ans. 3 mois plus tard, il inscrit le premier but de sa carrière professionnelle. Le joueur d’1m81 a ensuite enchainé 39 matchs pendant sa première saison, jouant un rôle majeur dans la qualification de Genk en Europa League. Il a été en effet impliqué sur 18 buts – 7 buts & 11 passes décisives – ce qui lui a permis de recevoir le prix du meilleur Jeune pro de la saison 2015-2016… et d’attirer la curiosité du Bayer Leverkusen.

L’éclosion à Leverkusen

Lors de sa deuxième saison pro, il confirme son énorme potentiel en inscrivant 8 buts et 10 passes décisives toutes compétitions confondues jusqu’à la trêve hivernale. C’est à ce même moment que le Bayer Leverkusen se tourne vers le nouveau joyau de Genk, qui a rejoint le club allemand début 2017, lors du dernier jour du mercato hivernal, pour 13,5 millions d’euros.

Passant clairement un cap en intégrant la Bundesliga, un des quatre plus grands championnats européens, Léon joue cependant rarement lors de sa première saison, se contentant de rentrer en cours de jeu – il ne dispute que 10 matchs toutes compétitions confondues. C’est lors de cette saison, avec l’arrivée de Heiko Herrlich, qu’il va se révéler en Allemagne et en Europe, devenant un élément clé du 4-2-3-1 du technicien allemand. Que ce soit sur l’aile gauche de l’attaque ou sur son côté droit, sa vitesse et sa vivacité font très mal aux défenses adverses, en témoignent ses 12 buts et 6 passes décisives TCC. Il est incontestablement devenu l’une des jeunes vedettes de la ligue allemande cette saison, ce qui a attiré l’œil de grand clubs européens tels que Manchester United et Liverpool.

Un futur chez les Three Lions ?

Et si Leon Bailey portait finalement le maillot de la sélection anglaise ? Des journaux britanniques, notamment The Mirror, ont indiqué que Gareth Southgate et son staff savent que Bailey pourrait porter le maillot des Three Lions car ses deux grands-parents possèdent la nationalité anglaise. L’attaquant a refusé de poursuivre sa carrière internationale avec la Jamaïque, pourtant entamée chez ses U20, et pourrait avoir la Coupe du Monde en Russie dans un coin de la tête. Des sources proches du joueur ont indiqué à The Mirror qu’il serait « difficile pour lui de refuser » cette opportunité de représenter l’Angleterre.

Le joueur de Leverkusen est également proche de Raheem Sterling. Le joueur de Manchester City, né également en Jamaïque, est un habitué de la sélection et de la Premier League. L’espoir de voir Bailey porter la tunique des “Reggae Boyz” s’éloigne donc pour les Jamaïcains, même s’il n’a encore rien décidé publiquement. « Rien n’a changé pour l’instant et les gens doivent l’accepter, je n’ai pas encore choisi pour quel pays je jouerai », avait-il confié à SportBild le mois dernier. Tout le monde se bat pour attirer Bailey chez lui, clubs comme nations… Une bataille qui risque d’animer le prochains mois, déjà riches en événements footballistiques…


Ce papier vous a plu? En voici un autre sur le football anglais pour satisfaire votre soif de sportologie: ⬇⬇⬇

#ZoomSur: Reiss Nelson, le nouveau joyau anglais d’Arsène Wenger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *