“L’ère Stan Van Gundy des Detroit Pistons restera frustrante à tout jamais”

Stan Van Gundy et les Detroit Pistons c’est fini! Celui qui occupait en même temps les postes de manager et coach de la franchise du Michigan a été débarqué le 7 mai 2018. L’occasion pour Valentin Feuillette, qui anime le compte Twitter @DetPistonsFR, de dresser le bilan, à chaud, du passage de SVG dans son équipe préférée.

Selon toi, qu’est-ce que Stan Van Gundy a pu apporter aux Detroit Pistons, après 4 ans passés à leur tête?

Il nous a tout simplement sorti d’un marasme total. Quand il est arrivé à Detroit, les Pistons étaient probablement l’une des pires équipes NBA sur la papier. Il y avait un dilemme autour de Josh Smith, Greg Monroe et Andre Drummond, aucun plan de jeu n’avait été mis en place… SVG est parvenu à établir une ligne directive plutôt logique à son projet. Il a pris de très bonnes décisions notamment en coupant Josh Smith et en ramenant des joueurs comme Tobias Harris, Marcus Morris, Reggie Jackson, Ish Smith, Anthony Tolliver…, Il a également bien fait progresser Andre Drummond. Nous sommes parvenus à retrouver les Playoffs en 2016 avec une identité qui nous ressemble à savoir un collectif défensif. On a même titillé les Cleveland Cavaliers malgré le sweep.

Detroit a certes retrouvé les Playoffs NBA, mais sportivement parlant les résultats restent très faibles…

C’est sur. Il y a eu pas mal de positif, mais tout ce que Stan Van Gundy a fait n’était pas parfait. Son projet commençait à s’essouffler en devenant inefficace avec toujours les mêmes défauts récurrents au cours des deux dernières saisons: Reggie Jackson blessé, jeu offensif brouillon, irrégularité maladive, identité plus aussi évidente… A chaque fois qu’il a essayé de peaufiner quelque chose, cela n’a pas eu l’effet escompté.

Quelles ont été ses erreurs? Que peut-on lui reprocher selon toi?

Ce qui est édifiant, c’est qu’on a vu son groupe non seulement stagner, mais régresser! Il paye cher plusieurs choses, notamment le développement stérile des jeunes comme Stanley Johnson et Henry Ellenson. Les contrats accordés à Jon Leuer et Langston Galloway sont aussi bien trop lourds.

L’ère SVG restera à jamais frustrante et remplie de regrets car il y avait de place pour construire une belle histoire.

Drafté en 2015, Stanley Johnson n’a pas beaucoup convaincu aux Detroit Pistons

Pourquoi cette “ère” te frustre? Qu’en gardes-tu de positif?

Tout n’est pas mauvais, loin de là. On en aura de bons souvenirs : la victoire face aux Golden State Warriors pendant leur saison à 73-9, le retour en Playoffs, les campagnes All-Star de Drummond et la défense qui restait globalement solide malgré de mauvais résultats.

Concernant SVG lui-même… il correspondait bien à la ville de Detroit et à son contexte. Il a affiché une position anti-Trump, a dénoncé les violences policières sur les personnes afro américaines dans des tribunes… Globalement il a oeuvré pour la communauté de Detroit. Stan Van Gundy est le troisième coach le plus victorieux dans l’histoire de la franchise et celui qui est resté le plus longtemps derrière Sir Chuck Daly. C’est un homme dévoué, passionné et attachant.


Cet article vous a plu? Allez lire un autre papier NBA sur les Detroit Pistons juste ici ⬇⬇⬇

Detroit Pistons: pas de playoffs NBA et alors ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *