[Interview] BrokyBrawks (Team Vitality) : “Dans ma famille, c’est LeBron James ou rien”

Gamer, streamer et membre de l’équipe eSport “Team Vitality”, BrokyBrawks était de passage au NBA Crossover. Il se livre à propos de son amour du basket, de la NBA et de ses premières impressions sur NBA 2k19.

Cela fait combien de temps que tu suis le basket et la NBA ?

Il faut savoir que dans ma famille, j’ai plusieurs frères et un soeur. Ils ont tous pratiqué le basket-ball, ils suivent tous le championnat NBA. Par la force des choses j’étais un peu obligé d’y prêter attention. D’un autre côté, je suis plutôt football à la base parce que beaucoup de mes amis y jouaient. Mais j’ai eu et j’ai toujours la chance de pouvoir voyager assez fréquemment à New York, du coup j’en profite pour aller m’amuser sur les playgrounds américains.

Ça fait maintenant deux ans que je me suis véritablement replongé dans la NBA. D’ailleurs, c’est tellement addictif que j’ai énormément de mal à en décrocher, si bien que je suis le football de loin dorénavant.

Qu’est-ce qui t’as poussé à suivre la NBA plus assidûment ?

C’est un sport qui très intéressant parce que sans cesse pendant les matchs, le score du tableau d’affichage grimpe constamment. Contrairement au football où il ne peut rien se passer pendant 90 minutes. Au basket, les acteurs de la rencontre sont tout le temps obligés de marquer un panier. Ce qui m’impressionne également c’est de voir comment des joueurs avec des gabarits énormes parviennent à faire preuve d’une précision millimétrée.

Personnellement, je trouve que les basketteurs sont les sportifs par excellence. La NBA, c’est un monde où dans chaque franchise il y a une superstar. Du coup, on peut s’attendre à des scénarios de folie ou des performances stratosphériques à chaque rencontre.

BrokyBrawks était présent au NBA crossover organisé par la ligue nord-américaine à Paris. ©Romain Sicard

Que penses-tu de la NBA actuelle ?

La NBA a fortement évolué. Maintenant, énormément de joueurs sont capables de s’écarter pour tirer, même les intérieurs. Il y a quelques années, le pivot était toujours considéré un peu comme la brute, le grand barbare qui servait à prendre le rebond et terminer l’action avec un dunk. Aujourd’hui, tu trouves plein d’équipes où l’ensemble des titulaires savent tirer à 3-points ou à mi-distance.

On voit aussi arriver dans la ligue des cas à part entière avec Giannis Antetokounmpo ou Mo Bamba. Ce sont deux joueurs qui possèdent des membres gigantesques et qui arrivent à mélanger puissance, précision et vista. Ben Simmons est à citer également. Un joueur de cette taille capable de parfaitement jouer au poste de meneur, c’est moins rare à notre époque. Avant, on pouvait admirer Magic Johnson mais maintenant ces profils de joueurs sont presque courants. Des pivots très habiles, Karl-Anthony Towns en est l’exemple parfait, capable de tout faire en attaque. Beaucoup d’archétypes de joueurs ont changé d’années en années.

Cette évolution qui tend beaucoup vers le tir à 3 points, selon toi est-ce une bonne chose ?

Oui, tant que l’on n’oublie pas pourquoi on aime le basket, c’est-à-dire, les contacts dans la raquette, les dunks. Il y a des franchises qui arrivent à alterner 3-points, finition près du cercle. D’autres un peu moins. C’est pour cela qu’on voit encore des pivots à la Shaquille O’Neal comme Andre Drummond et DeAndre Jordan, qui ne sont pas habiles au shoot mais parviennent à dominer physiquement leurs adversaires.

Mais le tir à 3-points offre bien d’autres possibilités comme le small-ball. Les Warriors exécutent à merveille cette manière de jouer. Que ce soit artiller de loin ou pilonner dans la raquette, je suis fan de ces deux visions.

Quel est on avis sur les superteams ? Crains-tu que la concurrence soit balayée ?

Je n’aime pas trop l’apparition de toutes ces super teams, mais ça peut-être aussi intéressant pour pousser les autres équipes à devenir bien plus compétitives. Concernant les Warriors, il n’y a rien à dire, ils ont super bien joué le coup et on ne peut pas leur en vouloir. il faut féliciter Golden State qui a parfaitement gérer sa reconstruction en draftant Stephen Curry, Klay Thompson et Draymond Green, sans compter l’arrivée de Kevin Durant.

Après, les fans des Warriors rappellent souvent que ce phénomène est apparu il y a bien plus longtemps avec les Chicago Bulls de Michael Jordan, Scottie Pippen et Denis Rodman, les Celtics avec Rondo, Allen, Pierce et Garnett ou même le Heat de LeBron, Wade et Bosh. Mais je ne vois encore aucune capable de venir à bout des Dubs actuellement.

Quelle est ton équipe favorite ou ton joueur préféré ?

Je suis un gars de New-York donc j’ai toujours eu une préférence vers la Grosse Pomme. Quand je commençais à suivre avec ma famille, j’ai d’abord connu Allen Iverson. Puis quand j’ai décidé de m’y remettre plus récemment, Kyrie Irving m’a énormément marqué parce qu’il me fait beaucoup pensé à A.I. justement et j’ai tout de suite accroché au personnage. Sinon dans ma famille c’est LeBron ou rien, même si j’ai été éloigné du basket j’ai grandi avec King James. Donc Kyrie et LeBron sont mes têtes d’affiches mais j’ai un coup de coeur pour Paul George aussi.

Comme chaque fan de NBA tu es un joueur de 2K. Quelles sont tes premières impressions sur le nouveau jeu NBA 2k19, que tu as pu tester pendant ce NBA Crossover ?

L’année dernière, on sentait que le jeu était clairement tourné vers l’attaque. Surtout qu’on pouvait enchaîner les “tout droit” sur presque toutes les actions sans avoir besoin d’enchainer les cross. Beaucoup de gens n’aimaient pas forcément. Mais cette année dès le premier match, j’ai tout de suite senti qu’on ne pouvait plus reproduire ces “tout droit” et c’est un plus. Du coup, j’apprécie encore plus le NBA 2k19, qui s’oriente plus vers la simulation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *